Un Nouvel Elan pour Chevigny

Site des élus "Nouvel Elan" de Chevigny-Saint-Sauveur

banniere

Le maire sortant a refusé 330.000 € attribués par le Grand Dijon pour la réalisation du Dojo (20 % de la coût initial). C'est plus de 2 fois la subvention annuelle de l'ASC. Il a refusé de demander 20 % du coût final du dojo (environ 800.000 €), alors que le premier adjoint chargé des finances lui a assuré, en conseil municipal, avoir obtenu l'accord de principe du Grand Dijon pour cette subvention. C'est plus de 5 fois la subvention annuelle de l'ASC.

L'explication de cette attitude inédite nous est donnée par le journal "Le Monde" daté du 21 février 2008 (cliquer ici), dans lequel le Maire sortant déclare brutalement : "L'argent de "Rebs", je n'en ai rien à foutre".

(Si l'article n'est plus disponible en ligne, vous en trouverez une copie en cliquant ici. Pour des raisons légales, on ne peut mettre en ligne intégralement un article; on ne peut en citer qu'une partie).

billets2Un véritable aveu ! Sauf que l'argent du Grand Dijon n'est pas celui de son président, mais celui de la Taxe Professionnelle Unifiée. Il est aussi redistribué aux villes en fonction de leurs projets communautaires.

 

Mais qu'est-ce qui a pu provoquer une telle réaction épidermique? Le jugement porté par François Rebsamen, maire de Dijon et président de l'agglomération, qui résume ainsi la politique d'urbanisation menée par M. Brenot : "Il consomme de l'espace sans aucun souci écolo et il refuse toute démarche d'ensemble."

Après cette déclaration au journal "Le Monde",

  • comment croire le maire sortant quand il assure que les pistes cyclables seront réalisées à Chevigny par le Grand Dijon ?
  • Comment le croire quand il affirme en période électorale que d'autres subventions seront demandées au Grand Dijon ?
  • Comment le croire quand il assure qu'il retournera représenter la ville à la communauté d'agglomération dès que le contentieux sur la voie ferrée sera jugé en sa faveur ? Ce contentieux date de 2003, alors que sa désertion des réunions du Grand Dijon est bien antérieure (2001) ! Par quelle pirouette peut-il lier les deux événements ?

Citons encore le quotidien national : "Sa politique se résume en un slogan qu'il répète souvent : "Rester libre." La formule a une conséquence pratique : monsieur le maire n'assiste jamais aux réunions de la communauté d'agglomération et mène sa politique urbaine, foncière et économique, le plus loin possible des contraintes et des projets du Grand Dijon."

Une liberté qui nous coûte cher en subventions !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sous les projecteurs

Que coûte la protection fonctionnelle du maire ?

274
Le maire de Chevigny-Saint-Sauveur a décidé d’attaquer un blogueur pour diffamation sur "personne...
Lire la suite

Conseil Municipal du 8/10/2016 - Déclaration lors de la demande de protection fonctionnelle du Maire de Chevigny-Saint-Sauveur

309
On touche le fond... Hier matin, lors d'un conseil municipal extraordinaire, la protection...
Lire la suite

La demande de protection fonctionnelle de Michel Rotger, maire de Chevigny-Saint-Sauveur, différée

1810
Ce mardi 27 septembre 2016, le conseil municipal de Chevigny-Saint-Sauveur devait examiner une...
Lire la suite

Demande de démission du Maire - Conseil Municipal du 5 juillet 2016

2997
Déclaration de Louis Legrand pour demander la démission du maire suite à sa condamnation. -...
Lire la suite

Clos en Mont Vaux : la commune condamnée aux dépens

2040
Pour mémoire, un investisseur privé voulait faire une opération immobilière avenue de l'Egalité....
Lire la suite

Clos en Mont Vaux : la mairie recule devant la justice.

4124
Le 22 mai 2012, l’opposition de Chevigny-Saint-Sauveur claquait la porte du Conseil Municipal en...
Lire la suite

Un Conseil Municipal extraordinaire le 4 octobre 2012 consacré au Clos en Mont Vaux

1274
Le Clos en Mont Vaux seul point à l'ordre du jour : " Suite au recours en excès de pouvoir exercé...
Lire la suite